Archives de mot-clé : mineuse

Ramassage des feuilles mortes au jardin…

Depuis octobre jusqu’à l’hiver, vos arbres ont perdu peu à peu leurs feuilles… Voici quelques infos et astuces sur le ramassage des feuilles mortes au jardin :

Ces feuilles d’automne, il vous faudra bien les ramasser. En effet, les feuilles mortes tombées sur la pelouse étouffent le gazon et favorisent l’apparition de mousses et de maladies. Tombées sur les dallages et terrasses, elles vous feront courir le risque d’une belle glissade et abîmeront les dalles par leur décomposition naissante.

Tapis de feuilles d’automne

Bien s’équiper : les outils

Pour vous aider à la tâche, les outils sont nombreux : du simple râteau à feuilles qu’on choisira large et de bonne qualité, jusqu’au souffleur thermique ou électrique qui peut sembler cher à l’achat mais pourra servir plus souvent qu’on ne le croit pour nettoyer les terrasses et chemins même en été, en passant par les tondeuses qu’on peut équiper d’un balai ramasse-feuilles, vous saurez trouver la solution qui vous convient le mieux.

Des feuilles dans le compost

Mais voyons un peu ce qu’on peut faire de ces tas de feuilles mortes, peut-être pas si inutiles.  En compostage, elles nourriront abondamment votre compost : elles constituent un excellent déchet brun, à utiliser en couches fines alternées avec d’autres résidus (tonte, pelures de fruits etc.)  Elles se transformeront en quelques mois en un terreau idéal pour amender le sol de vos massifs, stimulant la vigueur des plantes. Quand on regarde le prix d’un sac de bon terreau, il ne faut pas hésiter à le faire soi-même avec cette manne que constituent les feuilles mortes de vos arbres au jardin.

Cette perspective vous donnera sans doute du courage lors de la corvée fastidieuse du ramassage des feuilles mortes…

Une exception est à noter tout de même : n’intégrez pas à votre compost les feuilles de plantes parasitées (certains rosiers notamment) et surtout les feuilles de marronnier attaqués par la mineuse Cameraria ohridellaLes chrysalides de ce papillon (arrivé des Balkans dans les années 1980) passent en effet l’hiver dans les feuilles mortes pour éclore au printemps suivant.